Substrats

J’ai cultivé pendant près de 15 ans les succulentes dans un mélange souvent proposé dans les ouvrages spécialisés :



Ce genre de mélange fonctionne assez bien, mais a tendance à sécher lentement lors d’arrosage en période humide et pluvieuse, ce qui a pour conséquence de faire pourrir les racines de certaines espèces particulièrement sensibles (Fenestraria, Lithops et Titanopsis notamment).


Les mélanges dans lesquels poussent les succulentes qu’on trouve dans le commerce sont souvent à base de tourbe, ou de tourbe et de sable. Il ne faut pas oublier que les conditions de culture de ces plantes sont souvent très différentes de celles que nous pouvons, nous amateurs, obtenir. Les serres professionnelles sont très grandes (hauteur surtout) et offrent des conditions d’aération optimales.


Pour des raisons de pourriture, j’ai été amené à essayer l’akadama, qui est une argile d’origine volcanique provenant du Japon. L’akadama est largement utilisée par les créateurs de bonsaï, tant amateurs que professionnels. C’est un substrat utilisé pur ou en mélange qui est particulièrement performant quant au pouvoir tampon (stockage et restitution) au niveau de l’eau et des engrais. Il a, en outre, une tenue dans le temps exceptionnelle (au moins trois ans pour les bonsaï arrosés quotidiennement). Il est utilisé en granulométrie contrôlée, c’est-à-dire qu’on le tamise pour pouvoir "régler" sa rétention en eau et en air. On le trouve sous différentes granulométries dans des sacs de 16 litres. Les premiers essais effectués sur des succulentes furent des échecs. Les plantes n’arrivaient pas à reprendre leur vigueur après un rempotage total à l’akadama. J’ai pensé que cela pouvait venir de la granulométrie choisie : comprise entre 1 et 3 mm ou entre 1 et 6 mm suivant la taille du sujet (pour un bonsaï "moyen" la granulométrie peut être comprise entre 2,5 et 6 mm !). J’ai donc ensuite essayé avec une granulométrie plus fine encore, qui commence à 0,5 mm (tamis à sucre !). Les résultats furent probants, puisque j’ai ensuite rempoté toute ma collection avec ce substrat à granulométrie minimale. Le séchage des pots est très rapide et, de toute façon, il est très difficile d’avoir un excès d’eau. Du fait de son faible délitage au cours des arrosages, l’akadama est, pour moi, un des substrats les plus performants.


Depuis le printemps 2008 je commence à tester un nouveau substrat. La brique de construction (déchets de fabrication très peu onéreux) pilée et tamisée avec soin est l’objet de mes essais.


Avril 2009 : d'après les premiers essais sur quelques plantes le test est positif, mais un plus grand recul s'impose...(chose amusante : le pot et le substrat sont de la même matière !)

Depuis ces essais je ne cultive que dans de l’akadama…


LES SUBTRATS

Fenestraria

Akadama

Sacs d’akadama

Essai de substrats en terre cuite

RETOUR
RETOUR